Le Père Fouettard

Le Père Fouettard est un personnage du folklore de la fête de st Nicolas.

 C'est un personnage sinistre, qui accompagne st Nicolas lors de sa sortie, le 6 décembre ou la veille au soir.

 Alors que saint Nicolas distribue des cadeaux aux enfants sages, le Père Fouettard dispense des coups de fouet aux vilains garnements et aux paresseux. 

Méchant, pingre et laid, il s'occupe des enfants qui ne sont pas sages.

  

Certaines traditions récentes le présentent au contraire comme un assistant de saint Nicolas dans sa distribution de jouets.

Selon la légende, le Père Fouettard distribue de la moutarde, du charbon, des pommes de terre et des oignons...

Dans certaines régions françaises et belges, les coups de fouet sont remplacés par une livraison de charbon ou de betteraves à sucre.

Apparu en Alsace à la fin du XVIe siècle, il a souvent le visage grimé de noir, porte des bottes, et un grand manteau.

Il a une barbe noire ou rousse. Il a des cornes sous une capuche, et une grande queue. Il porte dans la main un fouet.
Les enfants l’entendent arriver de loin au son du fouet qui claque

  

 

En Belgique comme aux Pays bas,  le Père Fouettard est de peau noire, porte des vêtements de couleurs vives et a souvent de gros anneaux dans les oreilles.

 En Alsace et en Lorraine, le Père Fouettard est tout de noir vêtu.

En Belgique et aux Pays-Bas, le Père Fouettard est traditionnellement un esclave de peau noire portant des habits colorés. Il enlève les enfants qui n'ont pas été sages et les met dans un sac... pour les emmener en Espagne.

Selon la légende alsacienne, le père fouettard serait inspiré d’un seigneur ayant réellement existé au Moyen-âge à Wissembourg. : Le sanguinaire seigneur Hans von Trotha. Ce dernier engendrera la terrifiante légende du "Hans Trapp"

 Une autre légende raconte que le père Fouettard serait le boucher qui a tué les trois enfants ressuscités par Saint Nicolas.
A Metz, on raconte que ce serait en réalité Charles Quint qui aurait en 1552 assiégé la ville...


 Alors, soyez sages, méfiez-vous du terrible Père Fouettard !